Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • JAMET Marc
  • J'aurai 69 ans le 31 mars 2014. 
Animateur « Ressources Humaines » sur les thèmes de la Gestion du Stress et des situations difficiles. 
J’enseigne également l’Aïkido à Ecully, près de Lyon.
  • J'aurai 69 ans le 31 mars 2014. Animateur « Ressources Humaines » sur les thèmes de la Gestion du Stress et des situations difficiles. J’enseigne également l’Aïkido à Ecully, près de Lyon.

Texte Libre

Recherche

Archives

/ / /

Merci à Jean Claude Morisset de m'avoir communiqué cet article...

P. Paolo Dall’Oglio : « Les chrétiens de Syrie sont effrayés par la démocratie »P_-Paolo-Dall-Oglio-Les-chretiens-de-Syrie-sont-effrayes-pa.jpg

Le jésuite italien Paolo Dall’Oglio a fait le choix de vivre en Syrie, où il a fondé la communauté Al-Khalil, au monastère de Mar Moussa, il y a une trentaine d’années.

 

(D. R.)

Paolo Dall’Oglio.

Paolo Dall’Oglio.

Alors que la Syrie s’enfonce dans la crise, il veut croire à la possibilité d’une réconciliation nationale, et invite toutes les parties à faire le choix de la non-violence.

Avec cet article

ENTRETIEN.

LA CROIX : Comment expliquez-vous la crise que traverse la Syrie ?

P. Paolo Dall’Oglio : Le pays est aujourd’hui en proie à deux formes de tension. La première est de nature culturelle et générationnelle. Une grande partie de la population syrienne ne veut plus vivre sous une dictature totalitaire. Ce qui était accepté ou toléré auparavant ne l’est plus. La seconde tension est de nature confessionnelle et ethnique. Le régime syrien est construit sur la domination absolue de la famille Al Assad, issue de la minorité alaouite, associée aux autres minorités du pays, ainsi qu’à certains « clients » sunnites, pour des motifs de nature économique ou tribale. Ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir ne sont pas prêts à l’abandonner. Mais la capacité de ce régime à aller au bout de cette « logique du pouvoir » dépasse toutes les limites du raisonnable.

Pourquoi les membres de la communauté chrétienne soit soutiennent le régime, soit restent neutres ?

Les chrétiens de Syrie sont effrayés par la démocratie, au point qu’il leur arrive d’accepter que soient commis des actes totalement contraires aux droits de l’homme. Ce qui s’explique par le souvenir de la guerre civile du Liban, qui a profondément affecté les chrétiens de Syrie du fait de la densité des liens familiaux qui existent entre les deux pays et, plus récemment, de la volonté de certaines puissances étrangères d’introduire la démocratie en Irak, ce qui s’est soldé par la persécution des chrétiens irakiens, qui n’ont eu d’autre choix que l’exil.

Que ce soit au Liban, en Irak, ou même en Égypte aujourd’hui, l’expérience démocratique se révèle désastreuse pour les chrétiens.

L’instauration de la démocratie en Syrie aurait-elle nécessairement pour conséquence la marginalisation des chrétiens, voire leur départ ?

C’est ce que beaucoup croient ! La démocratie ne fait pas partie de l’héritage culturel des chrétiens de Syrie. Elle n’a jamais existé au sein de l’Église, qui ne fonctionne pas sur un mode démocratique, pas plus qu’elle n’existe au sein de la famille, qui est régie par le système patriarcal, ni davantage au niveau de la société, qui ne l’a jamais connue en tant que telle.

Les chrétiens sont confrontés à un choix difficile : on leur demande de faire confiance à un système démocratique dont ils ne connaissent rien, et dans lequel ils risquent de tout perdre. C’est pourquoi la majorité d’entre eux préfère continuer à soutenir un régime qui les protège, plutôt que de parier sur des valeurs aujourd’hui abstraites et théoriques.

Les musulmans sont les premiers revendiquer l’instauration de la démocratie en Syrie et à en appeler à la chute du régime dictatorial de Bachar Al Assad…

Sans doute, mais pour les musulmans de ce pays, la démocratie signifie la fin de la dictature des minorités, et la reprise en main des affaires par la majorité sunnite, qui vit aujourd’hui dans une situation très similaire à celle que connaissait la majorité chiite en Irak du temps de Saddam Hussein.

Existe-t-il un système politique qui soit adaptable à la complexité de la société syrienne ?

Oui, il s’agirait d’un système dans lequel ce ne serait pas la communauté à laquelle on appartient qui constituerait l’élément déterminant, mais bien la capacité – garantie par la Constitution – d’obliger toutes les composantes de la société à rechercher des solutions de compromis.

C’est ce que j’ai appelé la « démocratie consensuelle », où toute décision d’importance devrait être adoptée par un large consensus, recueillant quelque chose comme 70 % des voix, et pas juste à la majorité plus une voix. Dans un tel système, le président de la République devrait avoir un rôle d’arbitre et non de leader.

Bachar Al Assad peut-il encore se transformer en arbitre, ou est-ce trop tard ?

Il reste peu d’espoir. Toutefois, nous ne voulons pas fermer la porte au dialogue. Le régime peut encore faire le choix d’abandonner la logique de la violence, en acceptant de perdre une partie de son pouvoir, s’il ne veut pas tout perdre demain.

Mais le choix de la non-violence doit être accepté par tous. Les manifestations doivent rester pacifiques, et nous sommes opposés à toute forme d’intervention militaire étrangère, comme nous condamnons les sanctions économiques, une violence infligée aux plus pauvres de la société alors qu’elle épargne les plus riches.

Y a-t-il un espoir d’inverser la tendance de la répression massive du régime ?

Ça sera difficile, car la non-violence ne fait pas partie de la culture de ce pays. Nous venons d’organiser ici même, une semaine de « réconciliation ». Nous lançons également un appel à tous les mouvements pacifistes de par le monde, par exemple le mouvement mondial des scouts ou les organisations internationales de défense des droits de l’homme, pour qu’ils offrent leur médiation en vue de permettre aux parties en conflit de communiquer.

Pour vivre ensemble demain, il faut respecter aujourd’hui la dignité de l’autre, en tant qu’être humain et à l’exclusion de toute autre condition.

Recueilli par Julien Couturier (à Damas)

Partager cette page

Repost 0